J’ai (enfin) trouvé mon ikigai !

Cet article a initialement été publié sur mon compte LinkedIn. Vous pourrez m’y retrouver régulièrement.

Récemment, j’ai eu le plaisir d’animer, pour la première fois, un atelier co-construit avec Ticket for Change : « Apprendre à mieux se connaître pour trouver son job de rêve ». J’y ai notamment évoqué le concept d’ikigai, un terme japonais qu’on pourrait grossièrement résumer en « ce qui me fait lever le matin », ou « raison de vivre ».

Appliqué au monde professionnel, l’ikigai est un équilibre délicat entre différents éléments : ce que j’aime, ce en quoi je suis bon, l’impact que je veux avoir, comment je peux en vivre. Aujourd’hui, je crois pouvoir dire que j’ai atteint cet équilibre

Transmettre, un rêve contrarié

Mon envie a toujours été de transmettre des connaissances, de faire progresser les personnes que je rencontre sur des thématiques que je maîtrise. Le premier métier que j’ai voulu faire était professeur, d’italien en l’occurrence. Les opportunités manquant et la motivation déclinant, j’ai laissé tomber cette possibilité. Sans abandonner l’idée de transmettre pour autant. 

Depuis quelques années, je suis vacataire à l’IUT Nancy-Charlemagne. Ce sont seulement quelques heures de TD en stratégie de communication, mais ce faible volume horaire m’apporte une vraie bouffée d’air frais à chaque fois, et un enthousiasme toujours renouvelé. J’aime construire et faire évoluer mes cours, échanger avec les étudiants, apprendre moi-même des techniques qui, en communication et en marketing, évoluent sans cesse. C’est vraiment mon plaisir. 

2019, année de l’ikigai

Il y a quelques mois, j’ai été contacté par Tomorrow Jobs pour me proposer une opportunité folle : devenir coach à l’Atelier Numérique que Google allait ouvrir à Nancy. Au menu, conférences et ateliers gratuits autour du numérique, et accompagnements personnalisés, le tout pour l’ensemble des publics potentiellement concernés. En clair, de la transmission et de l’apprentissagede l’échange autour de sujets qui me passionnent, et de belles marges de manoeuvre pour apporter de nouveaux contenus. Pour moi, un rêve.

C’est cet atelier, hier, qui m’a prendre conscience d’avoir trouvé mon ikigai. Dans une précédente publication, je parlais également du concept de « flow« , cet état dans lequel on se sent pleinement à sa tâche, enthousiaste et furieusement productif. C’est clairement dans cet état d’esprit que je suis aujourd’hui. Je fais ce que je veux faire et je peux en vivre : transmettre, partager, avoir des contacts humains intéressants. Bien sûr, tout cela est précaire, car l’ikigai est souvent quelque chose de mouvant. Mais en bientôt 10 ans de carrière, rares sont les moments où je me suis autant senti à ma place.

Après une année 2018 assez catastrophique sur un plan professionnel et personnel, cette année je peux enfin souffler et toucher du bois en me disant « pourvu que ça dure » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *